Punt de Vista
       
Alerte La Palanca n° 11
 

Ce texte de Pierre Bidart et Bernard Traimond doit nous interpeller, il témoigne de la situation gravissime dans la communauté autonome d'Euskadi, un reportage d'Envoyé Spécial sur France 2 nous en a informé également le 28 septembre ainsi que l’article « La génération « no future » de l’ETA (Le Monde du 1er octobre)
Il me semble que nous devons afficher clairement et à chaque occasion qui se présente le sens et les moyens de nos actes. En effet ne nous y trompons pas, l'amalgame est facile et le travail extraordinaire réalisé pacifiquement depuis plusieurs années en serait ruiné rapidement.
Le mouvement culturel Breton a su se démarquer clairement et fortement de l'attentat perpétré récemment en Bretagne. A mon avis il est plus qu'urgent que notre mouvement fasse de même, même si la situation n'est pas exactement comparable.
Le texte de Pierre Bidart et de Bernard Traimond pourrait servir de base à un manifeste public adopté par toutes les associations du mouvement occitan, Qu'en pensez vous ?
F. Beigbeder

Solidarité avec le Pr Azurmendi exilé du Pays Basque

Notre collègue et ami Mikel Azurmendi, professeur d'anthropologie à l'Université du Pays Basque, a décidé de quitter son université pour aller travailler pendant au moins un an aux Etats-Unis; Objet d'actes d'intimidation chez lui et au sein de l'université, victime d'un attentat à l'explosif(heureusement désactivé par la police), il vient de décider de s'expatrier. Comme il en a la possibilité, ce que tous n'ont pas, il quitte son pays.
Ce n'est pourtant pas un ennemi des Basques. Il fut membre de l'ETA jusqu'en 1973; il manie avec dextérité la langue basque et a consacré l'essentiel de son œuvre académique à la civilisation basque. Il est devenu un intellectuel engagé, fustigeant avec force les mots et les gestes de la violence, appelant de ses vœux la paix pour une société basque ébranlée par de multiples actes antidémocratiques. Le Pays Basque d'Espagne est devenu le champ d'expérimentation de formes extrêmes de violence et d'incivilité, impliquant de très jeunes dont les esprits apparaissent bourrés de préjugés et de haine contre l'Espagne, les valeurs et les institutions établies, même lorsqu'il s'agit de l'autonomie basque.
Dans ce contexte, il est en effet devenu essentiel de comprendre la perméabilité à la violence d'une partie de cette jeunesse basque née après le franquisme. Cette société a, certes, un lourd contentieux historique - trois guerres civiles en deux siècles - mais elle est aussi dotée de larges pouvoirs d'autonomie, riche d'une puissante économie et de fortes traditions culturelles. Et pourtant, plus que jamais, elle est entrain de faire de l'action violente un mode d'expression de relations sociales avec tous les dégâts que cela entraîne tant chez les victimes que chez les bourreaux. Tous les secteurs de la société sont visés : les élus, les industriels, les membres des forces de l'ordre, les universitaires, etc.
Curieusement, seule l'Eglise est épargnée, pour des raisons qui tiennent à l'histoire et à la nature du nationalisme basque. Celui-ci, animé par la volonté d'étalonnage des attitudes culturelles, a produit un système pervers de classification des habitants du Pays Basque en Espagnols et Basques, ces derniers étant eux mêmes divisés en "espagnolistes" et Basques authentiques, c'est à dire en "mauvais" basques et en "bons" Basques ! La mécanique analythique va encore plus loin en refusant l'usage du mot Espagne au profit de celui d'"Etat espagnol". On se souviendra que le concept d'"Etat français" a été utilisé une seule fois, dans l'histoire de France, par le gouvernement fascisant de Vichy, après avoir suspendu la République... Et à partir de là, on menace, on provoque, on tue, semant derrière soi les larmes et le désespoir, poussant même de paisibles habitants du Pays Basque à devenir progressivement et pour toujours des ennemis irréductibles de la "cause" basque. Et c'est ainsi que Mikel Azurmendi quitte son université et sa terre qu'il aime tant pour aller respirer ailleurs le vent des libertés !
Notre position de membres de l'Université nous impose de veiller au respect de certains principes et de nous indigner avec la dernière énergie quand ils sont bafoués. Dans la situation que révèle l'exil du professeur Mikel Azurmendi, il nous semble impératif de rappeler fortement quelques principes dont, avec d'autres, nous nous sentons les gardiens :
- Le droit d'expression est un bien précieux surtout dans les situations difficiles qui réclament des débats ouverts et contradictoires;
- la liberté de critique ne peut tolérer aucune intimidation ou menace afin de nourrir discussion et controverses;
- la liberté de jugement sur les divers arguments doit rester absolue pour faire avancer le débat.
Ces principes sont évidemment la condition de toute vie intellectuelle, culturelle et sociale.
Aussi le départ du professeur Mikel Azurmendi est-il une tragédie pour les principes affirmés plus haut, pour les nécessaires débats qui traversent la société basque et plus encore, une perte irremplaçable. Pensons à l'appauvrissement culturel qu'a entraîné le départ des intellectuels d'un pays, tel celui des protestants au 17ème siècle en France, ou celui des opposants au nazisme en Allemagne, il y a un peu plus d'un demi-siècle.
Au nom des principes que nous avons pour tâche de défendre mais aussi au nom de la défense des intérêts de toute société et de la société basque en particulier, nous ne pouvons que condamner, avec la plus grande fermeté, cette culture de la violence qui a contraint notre collègue à l'exil. Puisse le débat social se rétablir, sans menace et sans risque pour personne, appuyé sur une université plus que jamais mobilisée autour des principes éthiques et intellectuels qui ont fondé son essence et son histoire. La société basque a besoin de la culture et de la générosité de notre ami le professeur Azurmendi.

       

Punt de vista

Reflexions sus ETA

La Palanca n° 12
 
Tot dia, ETA que pòt tuar quauqu’un, que sia Basco o Andalós. Aqueras victimas n’arrepresentan pas arren a titre individuau : ETA que tua monde per’mor que son Espanhòus, per’mor qu’apartenguen « ar’auta raça », era de qui s’opausa ath sué projècte de construccion nacionau. Atau, ETA qu’ensenha aths Bascos non-nacionalistes çò de qui’us arribarà s’arrefusan de’s sométer.
ETA que vòu bastir ua nacion de Bascos blos, donc nacionalistes, e, tad aquerò, que’u cau destruíser era « raça politica » de qui empacha era realisacion d’aqueth objectiu : era Espanha. Qu’ei mes agit de crear ua raça politica que d’epurar bilologicament ua populacion en cambiar-la era sang o en impausar-la ua lenga qu’era màger part deths sués membres ne comprenen pas. Atau, que s’obten ua raça politica, en espaurir eras gens : n’ei pas que ua epuracion etnica estujada.
Alavetz, qué cau hèr entà cambiar eras causas ?
ETA e Euskal Herrirarrok, era sua veirina politica, que demandan era libertat deth País Basco, aquerò qu’ac sabem. Mès que militan tanben entà desvelopar era lenga basca, entà aprochar eths presoèrs politics, entà crear organismes comuns aras sèt províncias bascas. Qu’ei ua peguessa d’arrefusar sistematicament aqueths arguments !
Era lenga basca qu’ei solament oficiau sus ua partida deth territòri basco. En Navarra, que coneish hèra de restriccions. En França era euskara n’exista pas ath nivèu oficiau, en dehòra d’ua preséncia petitonha en eth Ensenhament. N’i a pas tanpòc nat tractat bilaterau sur era lenga basca. Totun, era França e era Espanha que’s tòcan e qu’apartenguen ara U.E…
Era màger part deras comunas e deths actors sociaus deth País Basco francés que demandan era creacion d’un despartament mès París ne’n vòu pas enténer a parlar…
Entà bastir eth aviéner deth País Basco, qu’ei impossible de passar-se deras fòrças non nacionalistas, coma deras fòrças nacionalistas. Eth govèrn espanhòu qu’a dejà favorisat negociacions pendent conflictes estrangèrs (Palestina, America latina) e qu’a tanben participat a discutidas dab ETA. Perqué ne seré pas un aute còp possible uei, s’ei eth interès deth País Basco e dera Espanha ?
J.P. Ferré
       
Quan era FEN e parla coma Jörg Haider La Palanca n° 13
 
Eths arrepresentants dera Federacion der’Educacion Nacionau que nombrós ath mei deth Comitat Nacionau d’Accion Laïca (CNAL) : qu’i serén dinc’a majoritaris. E doncas aqueste qu’escrivó eth 23 d’octobre passat Permer Ministre entà demandar’u « solennellement » de « surseoir à toute décision concernant l’intégration d’établissements associatifs linguistqiues au sein du service public ». Entà parlar calr que significa qu’eth CNAL ne vòu pas qu’era escòlas bretonas Diwan (eth garo) e sian integradas en Educacion Nacionau. Perqué ? per amor qu’eth ensenhament e i ei dat, tanlèu er’escòla mairau, en lenca bretona.
E totun, qu’at pròva er’ecperiéncia, eths eslhèves de qui son enas escòlas, o collègis o licèus Diwan que i obtien, tots, arresultats deths mes bons. Quan serà en francés. Marcats per er’escajuda de tots entaths examens der’Educacion Nacionau dinc’ath bachelierat. Qu’ei donc deth interest deths joens Bretons de seguir aqueth ensenhament. Eth ministeri que’s deu d’aidar’u a desvelopar’s. Çò qui no pòt qu’enriquir er’Educacion Nacionau, aon a era sua plaça. N’ei pas, de heit, eth interest deths eslhèves de qi deu miar en permer tots eths ensenhaires, dinc’aths aqueths dera FEN ?
Be semblaré que no : en per amor qu’eth ensenhament en question « relègue le français, langue de la République en vertu de la constitution, au rang de langue seconde », e n’s explica eth CNAL ena sua letra.
Qu’avem exactament ací eth tipo d’arguments de qui emplegava no i a gaire eth general Franco entà’d empaishar eths joens Catalans, Vascos e Galhecs d’èster ensenhats ena loa lenca mairau, quan aprenerén e saberén eth Castelhan autan plan coma eths joens madrilenhs. Eth genre d’argument tanben de qui utilisava Benito Mussolini entà força eths mainats dera Vath d’Aosta a no pas mes emplegar eth loé francés nadau ar’escòla.
E qu’ei uei, tot egau, eth genre d’argument emplegat peth govèrn d’Ankara entà qu’eths joens Kurdes abandoen era loa lenca mairau. E tanben aqueth de Jörg Haider quan vòu interdíder aths joens Eslovènas dera Carinthie, d’aon ei eth governaire, de segur un ensenhament date na lenca eslovèna, a maugrat qu’aqueth ensenhamnt e comprenía eth aprenedissatge dera lenca alemana, de qui ei la dera Rpublica austriaca.
Ne’us esvaria pas drin, ne’us hè pas puishèu aths aderents dera FEN de saber qu’eths loés arrepresentaires ath CNAL e tenguen sus aquera question eth madeish lengatge que Jorg Haider ?
P. Loubère
       

Corrièr deus leguidors

Entà arresponer a Joan-Pau Ferré (véger la Palanca n° 12)

La Palanca n° 15
 
D'après eth, eth Estat Espanhòu qu'aurè a negociar dab er'ETA entath'interès deth pais Basco e der'Espanha. Negociar que vòu diser qu'eths arrepresentants deth governament Espanhòu assieta's ara medisha taula qu'eths tuaires qui an sus eras mans eth sang de 800 personas, sense desbrombar tots eths handicapats, victimas inocentas, deras quaus mainats mutilats pera vita dab un o dus membres de mens.
Alavetz qu'eth pais Basco sud qu'a era mes grana autonomia arregionau d'Euròpa; eth governament Basco qu'ac gera tot, era cultura, eth ensenhament, era justicia, era policia, comerci, industria, mèma eths impòts sus eth arrevengut. S'aurem en Occitania un pechic deras libertats deths Bascos que serem plan uros, quin sonei !
ETA qu'ei devenguda ua secta fascista, embarrada ena sua holia violenta e arracista, qu'ac cau diser, qui emplega metòdes dera mafià entà finançar eras suas accions barbaras. En tot arrefusar de veger qu'eth monde a cambiat, qu'Espanha ei ua vertadèra democracia, que s'ei estremada de mes en mes dera societat Basca qui vòu era patz. Arris non pòt sostier aqueths bandits fascistas, ni tanpòc negociar. Entaths òmes civilisats sonque demora ua via qu'ei eth combat legau, dab eth sostien der'Euròpa tota, entara democracia e'ra libertat.
J.M.
       
Era provocacion mancada La Palanca n° 29
 
N’anam cap plorar eth liberòt d’un ministre, ja sia filòsòfe, que de tota faiçon no seria pas cresasque passat ara posteritat, e que li balhèc un semblant de vida eth gèste simbolic de Rodès. Après tot, eth ministre que s’ac a cercat. N’an cap james aimat eths ensenhaires recever leçons d’aquera mòda, un sermon, e de més publicat e enviat aths frèses deths ciutadans.
D’aquò qui no’n seria d’accòrd ? Que poderiam trobar d’autis exemples, coma d’aqueth ministre que cresèc fèr òbra culturala e pedagogica en damandant a tots eths professors de letras de fèr estudiar un tèxte de Claude Simon presentat coma un modèl, e qu’èra en prumèr longàs e pesuc, plan en estile deth prèmi Nobel 1985. Era admiracion no’s comanda pas per decision ministeriala, e plan d’un professor que renoncièc a impausar eth pensum aths sièvis escolans.
Un chic « coq-à-l’âne », que torni pensar ara famusa letra de Miterrand aths Francesi, que ‘s volia ua espècia de monument literari, e on per ma part prenguè plaser a relevar per exemple era confusion faita peth eminent escrivant (meslèu qu’escrivan) entre dus mots pr’aquò plan diferents, « paraphrase » et « métaphore » : que fasian eths Correctors deth Prince ?
Que son aiqui exemples plan disparièrs, enà fèr sentir era dificultat deths grans que nos comandan a fèr passar messatges escriuts, e sustot a monde qu’eth sièu mestier ei d’aprener a léiger e escríver. Be prenia eth Luc Ferry un risque deths grans en créser poder fèr léiger era sièva pròsa a tot ua armada qu’avia pausat eras armas e que semblava mèma prèsta a gerar-las de cap ath ministre !
Getar aqueth libe sense ave’u leijut n’èra cap mes grèu que en 1968, coma eths amics politics d’un Geismar uei Inspector Generau deths prumèrs, escriver « Crève Salope ! » eishus eths murs dera Alma Mater !
Mes, au mens, eths « maos » qu’avian un discors, ua teoria, idèas un chic fòlas, utopicas, dangerosas, e que cresian sincerament, òm pòt pensar, bastir un monde melhor. A partir d’aquera passion politica, que’n venguèren a preconisar era mort dera Universitat : « Crève Salope ! »
Eths de Rodès qu’avian, solide ! en cap e en còr, ua colèra justificada : qu’ei vengut eth mestier d’ensenhar, per tròp d’ensenhaires, un drame que no ei pas estat prés en compte. Mes a qui era fauta se pendent annadas, e benlèu decennias, eths problèmes son estats esconuts, vergonhosament, coma ua plaga lèija qu’auria calut amagar ? A qui era fauta se, en aqueth movement deth printemps, avem entenut eslògans en lòc d’ua pensada, d’ua reflexion, d’ua idèa ? A qui poderàm fèr créser que tant de monde se son mobilisats sonque enà empachar eth transfèrt de d’auguns personèls aras colèctivitats localas ? A qui fèr créser qu’era decentralisacion èra era preocupacion prumèra de professors escanats pera impossibilitat d’exerçar eth mestier devant escolans sense autra motivacion que de violencia ?
Çò qu’auria balhat un sens ath gèste de Rodès, que seria estat qu’arribèsse en conclusion d’un movement clar de contestacion e non pas coma un acte dejà un chic desesperat de monde mobilisats sus revendicacions barrejadas, contra era decentralisacion, contra un amenatjament deras retrètas que n’avia pas genat quan s ‘èra aplicat aths deth sectur privat. Ua colèra, òc ! mes esparrincada e en pòrta-faus.
En aqueras condicions, que passèc eth refus de draubir eth libe deras proposicions deth ministre coma un acte d’intolerencia pas digne d’ensenhaires. Que fuc ua provocacion mancada e sense effèct. « Que demandatz era dubèrtura dera discussion, deth dialòg, e quan eth ministre vos escriu e declara voler dialogar, que getatz era letra sense draubir-la ! », ça diguèren monde que podian sense aquò simpatisar dab eth movement. « Que desnonciatz eth cost deth libe, sense véser qu’après tot eras circularas que tot dia asaigan eth dit « mammoth » còstan au mens autant car, e en generau van ara caisha deras dèishas sense èster leijudas. Sense fèr deth libe ministeriau un cap-d’òbra, benlèu valia mes pr’aquò qu’aquera pròsa burocratica de tot dia… »
Eths que’m coneishen que van diser que boti aiga en mièu vin en parlant atau, e cresasque auràn rason, aquera rason que malurosament balhan eths ans, mes que voleria que s’i faga sentir ua exigencia de coérencia que n’ei cap sentit en revolum deth printemps, e en particulièr en aqueth gèste de Rodès.
Michel Pujol
       

Corrier deus leguidors : Diversitat

La Palanca n°31
 
Qu’ei lejut dens lo corrièr deus legidors de la darrèra Palanca un poèma plan tornat de Jan Gaston d’Abadia sus los pè-descauçs mès totun au delà de l’interès linguistic qu’ei acrochat sus quauques formulas, a saber « ecolos de Paris » e « os d’Eslovenia ».
Ecolos de Paris : que’m sembla que i a tanben ecolos de Bigòrra, n’i a pas de pensada unica bigordana, que cau arrespectar la diversitat politica e escambiar arguments si n’èm pas d’accòrd.
Os d’Eslovenia : que son Os bruns, la medisha especia que los os de las Pireneas e qu’ei çò qui compta dens la conservacion de la diversitat biologica.
Que pensi que i a ua coerença dens la defensa de las diversitat linguistica, biologica, politica.
Aquò dit lo desbat autorn de la reintroduccion de l’Os brun dens las Pireneas n’ei pas simple, que cau estèr rasoable e uman dens l’aplicacion deu principi de defensa de la diversitat biologica que i cau dialògue e arrespecte de tots dab argumentacion de qualitat. De mei n’ei pas sonque un problema ecologic qu’ei tanben un conflicte entre duas economias possibles tà la montanha nosta, pastoralisme o torisme.
Tà acabar la mia reaccion, un petit conte d’Ukraina arrecuelhut per Galina Kabakova :
Autes còps eths os qu’èran òmis. Que vivèvan dens era seuva, no recebevan ni anavan dab arrés. Un monge i passè un còp, hasó eth torn deth vilatge tà demandar un acès. Com arrés no li obrí era pòrta, que maudisè aqueras gents e devienón os.
Francis Beigbeder